Plan d’action de la Fing en 2021

À mesure que le numérique se déploie et évolue, il est toujours plus nécessaire de comprendre, d’anticiper, d’imaginer.

La Fing joue depuis 21 ans un rôle de défricheur,  en appui sur des modes et principe d’action adaptés aux incertitudes du monde et à celles du numérique : prospective coopérative avec un large réseau hétérogène, détection et accompagnement de l’innovation, articulation entre recherche et pratiques, entre idées et terrains, productions en licence libre (CC BY). 

Notre année 2021 s’annonce fertile en la matière : créative, questionnante, transformatrice.

Nous ouvrons deux chantiers exploratoires. En nous plongeant dans l’omniprésence des Dystopies, nous ferons travailler nos imaginations pour faire émerger d’autres récits d’avenir; et une nouvelle expédition, Société civile numérique, nous permettra d’explorer les conditions pour une société civile forte face aux choix numériques du monde de demain.

Parce que la réflexion prospective et l’imagination ne suffisent pas, nous les prolongeons par d’autres formats.

Nos travaux sur le numérique en temps de crises et d’incertitudes produisent leurs fruits ce printemps et nous les poursuivons avec un nouveau cycle Numérique tous risques-Transformation, qui fera la part belle à la formation-action pour transmettre ces acquis et continuer à les nourrir.

Notre programme CapacityLab, prolongeant les apports du projet de recherche Capacity sur l’inclusion et le pouvoir d’agir, propose une démarche appliquée, dédiée aux questions émergentes ou délicates de l’appropriation numérique

Parce que les données sont à la fois objets de pratiques et de stratégies, nous y travaillons de plusieurs façons : en produisant avec plusieurs territoires et acteurs la feuille de route européenne du self data, en participant avec Rennes Métropole au projet européen RUDI, en planchant avec le CNES et dans le cadre de RESET sur les données environnementales, en revenant régulièrement sur la culture de la donnée, sur les pouvoirs des algorithmes et de l’IA.

Le numérique d’aujourd’hui n’est pas adapté aux défis contemporains, et pour ne pas le subir, il faut être acteurs de ses changements : 2021 est l’année 2 du programme collectif Reset qui incarne ces ambitions. En l’animant, la Fing cherche aujourd’hui à mobiliser de nombreux acteurs pour impulser les transformations dont le numérique a besoin : un numérique plus humain,  plus solidaire, plus aligné avec les enjeux de la planète.

Contribuer à la Fing, c’est poser les questions-clés de l’avenir en recherchant de nouveaux angles, élaborer ensemble des pistes et trouver des chemins : c’est faire ensemble ce que chacun ne pourrait pas faire seul et mutualiser les efforts. La période actuelle en montre la nécessité : le numérique n’est pas un ensemble de solutions toutes faites pour un monde en croissance paisible, loin s’en faut.

Contribuer à la Fing, c’est consacrer du temps et de l’énergie à nos travaux. C’est devenir partenaire, en tant que financeur, mais aussi coproducteur, ou partenaire pédagogique, entre autres.Les adhésions à la Fing sont la condition même de notre existence en tant qu’association : notre conseil d’administration, au travers de ses différents collèges, représente nos adhérents; ils ont voix au chapitre pour le choix de nos futurs thèmes de travail, de nos actions, et nous aident à définir les transformations dont la Fing elle-même a besoin pour répondre au mieux à des attentes plus fortes, dans un paysage en profonde évolution.

La Fing recrute directeur-trice des opérations et du développement.

La Fing cherche son/sa « Directeur-trice des Opérations & du Développement »

La Fing est une association dont la mission est de « produire et partager des idées neuves pour anticiper les transformations numériques. » Depuis 21 ans, ce « think-do tank » mène un travail original et très reconnu de prospective, d’exploration innovante, d’expérimentation de terrain et de détection avancée de projets innovants. Elle est financée par ses adhérents, ses « grands partenaires » et par des participations publiques et privées à ses divers projets.


Aujourd’hui la Fing recherche une personne en charge du montage et du financement de ses projets et du pilotage de la production. Rattachée au délégué général, travaillant en prise directe avec toute l’équipe (8 personnes internes + collaborateurs externes), elle aura pour tâches :

  • De définir la stratégie de financement avec les responsables de chaque projet : rédaction de dossiers de partenariats
  • D’en organiser la mise en œuvre et le suivi : identification de partenaires potentiels, production des documents de partenariat ou de demande de financement, rendez-vous (seul-e ou en compagnie d’un-e responsable du projet), négociation, tableaux de bord…
  • De gérer la relation avec les partenaires de la Fing
  • De s’assurer du suivi de la production en conformité avec les partenariats engagés
  • De contribuer activement à la réflexion sur l’évolution des modes de financement de l’association (à court terme : plan de relance, appels à projets, etc)

Profil :

  • Intérêt pour les transformations numériques et le rôle transformateur des technologies
  • Missions d’intérêt général porteuses de sens et d’avenir
  • Connaissance des financements publics, du mécénat d’entreprise, du CIR
  • Qualités relationnelles, capacité de négociation avec des responsables de grandes organisations
  • Autonomie, initiative et rigueur pour travailler au sein d’une petite équipe très créative
  • Expérience démontrée dans le fundraising, dans le montage de partenariats, dans la vente de conseil et d’études de haut niveau, ou dans des activités équivalentes.

Modalités pratiques

  • Type de contrat : CDI à temps plein/CDD à temps plein
  • Date limite de candidature : 10 mai 2021 inclus
  • Lieu : basé à Paris (12e arrondissement)
  • Rémunération : à définir selon le profil (mutuelle et prévoyance, chèques déjeuner).
  • Pour déposer votre candidature : envoyer un mail à rh@fing.org 

Les réponses à cette annonce seront utilisées exclusivement dans le cadre de ce recrutement, les candidatures et les documents transmis resteront donc confidentiels.

Renforcer et faciliter les usages des données environnementales au service de la transition écologique

Un nombre croissant de données énergétiques, environnementales et de mobilité sont produites à l’échelle de chaque territoire et constituent une vraie richesse issue de nombreux producteurs.

Pourtant elles sont aujourd’hui peu actionnables par les acteurs des territoires, alors qu’elles faciliteraient les choix, initiatives et services en matière de transition écologique. Peu d’associations locales savent où les trouver et comment s’en emparer, sans doute très peu d’entreprises locales, une proportion minime d’équipes municipales et locales, très peu d’enseignants, d’étudiants et d’élèves. Qui connaît le mix énergétique de son bassin de vie ? Qui d’entre nous sait où trouver les données de qualité environnementale qui contribuent à notre qualité de vie, qu’il s’agisse de la chaleur en ville, de la qualité de l’air, de l’eau ou des sols ? Qui sait ce qu’il pourrait en faire, individuellement ou collectivement ?

La Fing contribue – avec d’autres – à ces sujets depuis quelques années dans le cadre de ses travaux sur les données et sur les enjeux environnementaux du numérique. Aujourd’hui nous y sommes impliqués de plusieurs manières :

  • c’est l’un des objets de notre programme Self Data territorial – en ce moment avec la Rochelle.
  • c’est l’un des objets du programme européen RUDI porté par Rennes Métropole et dont nous sommes partenaires.
  • c’est l’objet d’un partenariat avec le CNES pour imaginer un dispositif de partage et de réutilisation des “données de et sur la planète” visant à constituer des écosystèmes d’acteurs dans le but de faire évoluer les comportements individuels.
  • et c’est l’objet de l’une des coalitions de #Reset visant à produire des avancées concrètes pour que ces données soient actionnables et actionnées.

Sans un renforcement des usages et capacités d’usage, la logique de l’offre se heurte à ses limites, les grandes bases de données restent l’affaire des grands experts, la multiplication des capteurs et des compteurs nourrit des grands systèmes techniques et de beaux tableaux de bord mais ne donne aucune prise à notre compréhension et à nos choix.

Pour que les usages tirent l’offre, les enjeux sont ceux de la confiance car beaucoup de données environnementales sont personnelles; de la culture de la donnée et de la capacitation, dès l’âge scolaire et par l’éducation populaire, la culture scientifique et technique, l’éducation à l’environnement ; de l’appropriation collective en lien avec des défis territoriaux; et de la conception innovante au service des usagers, citoyens, consommateurs.

Des dynamiques d’usage émergent, des plateformes, portails, hubs de données sont créées et imaginées. Quelques exemples inspirants :

  • L’Ecolab de l’Ademe propose de mettre l’information (les données) environnementale(s) au service du changement de comportement, via des services pour mesurer l’impact environnemental de son alimentation, de ses déplacements, de son logement, de ses gestes du quotidien
  • Le calculateur CRATer, développé en coalition entre un acteur associatif et des producteurs de données publiques, permet de mieux évaluer la résilience alimentaire des territoires
  • La région Centre Val de Loire (membre de la Fing) prototype un “hub de données du climat” avec l’aide de Civiteo (membre de la Fing) et Datactivist.

Le cadre législatif et réglementaire évolue, en témoigne la notion de “données d’intérêt général” introduite par la Loi pour une République numérique de 2016 et permettant d’ouvrir des données qui présentent un intérêt économique, social ou environnemental,  et que l’avis du CNNum sur les données environnementales d’intérêt général (juillet 2020) vient renforcer. Des efforts techniques sur les formats de données et les API sont réalisés.

Si ces dynamiques d’usages, de plateformes émergent, si de nouveaux standards techniques et législatifs sont adoptés, il est nécessaire de poursuivre les efforts pour les rendre complètement actionnables dans le cadre de politiques publiques environnementales, mais aussi d’investissements dans la conception et la médiation impliquant les parties prenantes des enjeux environnementaux : nous tous.

La Fing prend une part active aux débats sur la 5G

La Fing a été auditionnée en novembre 2020 à plusieurs reprises, notamment par la mission 5G de la ville de Rennes, par le conseil municipal de Saint-Jacques-de-la-Lande, par le Haut Conseil pour le Climat, et sollicitée de manière informelle par différents acteurs. En décembre et janvier, elle est chargée par la ville de Nantes d’une mission préparatoire : elle animera le groupe de travail chargé de construire le débat public qui aura lieu en début d’année, d’aider à en définir le périmètre, les modalités, les issues et d’identifier les compétences et expertises nécessaires. 

L’annonce du déploiement de la 5G s’accompagne de vives controverses au sein de la société. Ces débats portent à la fois sur l’utilité de cette technologie, sa compatibilité avec les enjeux environnementaux, les risques sanitaires, de sécurité, de souveraineté, ou encore sur les modèles de déploiement économiques et territoriaux. 

Aujourd’hui, les débats se cristallisent entre partisans radicaux du développement de cette technologie et adversaires non moins radicaux ; le gouvernement affiche sa détermination, les fréquences sont attribuées sous l’égide de l’Arcep, la Convention citoyenne pour le climat a demandé un moratoire, plusieurs villes annoncent un débat public. 

La Fing est mise à contribution du fait de sa connaissance de plusieurs thématiques de la controverse (nos travaux sur le numérique et l’environnement, sur les enjeux territoriaux, etc) mais surtout du fait de son attention aux controverses du numérique et à l’importance d’une « démocratie technique » et de choix concertés en matière de technologies et d’infrastructures qui engagent l’avenir. Pour ce faire, il est important de travailler à une possibilité accrue pour les citoyens de comprendre les termes du débat, en renforçant l’éducation populaire, la culture scientifique et technique, les ingénieries démocratiques. Derrière le débat sur la 5G, il nous paraît important de poser la question qui est au cœur de notre programme RESET : Quel numérique voulons-nous ?

Si vous êtes intéressé par cette dynamique, n’hésitez pas à nous contacter


Synthèse « Débats 5G. Quels apports de la recherche ? »

Découvrez également la synthèse « Débats 5G. Quels apports de la recherche ? » Réalisé conjointement par trois groupes de travail du GDR Internet, IA et société, Gouvernance et régulation d’internetPolitiques environnementales du numérique et Participation et citoyenneté numériques, en liaison avec la Fing

→ Télécharger le document (pdf, 30 p.)

Ce document est destiné à modifications, améliorations et réutilisations tant au sein du GDR, en vue de partage avec des acteurs tiers, dans le contexte des débats publics autour de la 5G.

Publication d’une première note stratégique CapacityLab

Initié en 2015 par un travail de recherche, et poursuivi depuis 2019, le programme Capacity Lab vise à construire de nouvelles approches pour faire face aux difficultés – sociales, d’inclusion, d’apprentissages, d’appropriation – que nous pouvons rencontrer avec le numérique. Dans une note stratégique, nous proposons plusieurs perspectives pour mettre la capacité individuelle et collective au coeur des politiques d’inclusion – qu’elles mobilisent le numérique ou non. Nous vous proposons d’en découvrir la primeur.

Cette note de travail vise à être utile aux concepteurs de politiques publiques, de dispositifs numériques et d’ingénieries de médiation. Pour remplir ses objectifs elle a besoin d’être discutée et travaillée avec eux. Certains éléments présents dans le corps du texte méritent d’être clarifiés et détaillés et peuvent donner lieu à des productions complémentaires, ce qui aidera ce document à être plus court et mieux lu.

N’hésitez pas à contribuer à cette première version en commentant cet article.

La crise actuelle nous encourage à réinventer le numérique

Face à une crise sanitaire majeure, comme l’est cette pandémie ou comme le serait toute catastrophe porteuse de risques respiratoires ou de contagion, le numérique joue un rôle singulier. Nous maintenir en lien, renforcer les coopérations, partager les informations et les idées, contribuer à des solutions concrètes ou de long terme. Mais le numérique n’est pas un grand ensemble cohérent : c’est un ensemble de dispositifs porteurs de choix techniques, économiques et politiques.
A la Fing nous sommes, comme beaucoup, fragilisés par cette situation imprévue. Mais nous sommes confortés dans la mission qui est la nôtre et que nous avons construite avec vous : questionner le numérique d’aujourd’hui dans la perspective du monde de demain. Contribuer à ce que les choix que nous faisons en matière numérique répondent aux aspirations de la société.

La nouvelle expédition Numérique tous risques, imaginée en 2019 et que nous engageons ce printemps, questionne précisément les relations aux risques, crises et catastrophes, en prospective mais avec des terrains bien réels, avec pour ambition de forger des pistes pour l’avenir. InternetActu, temporairement fermé, rouvre ses colonnes pour éclairer les débats actuels et y contribuer par sa veille et ses analyses.Les trois programmes que nous portons en ce moment sont réactualisés. Parce que les données personnelles sont un enjeu fort de la crise, le self data, à échelle territoriale comme à celle, mondiale, de mydata.org, est un champ de travail majeur pour les acteurs de la ville, de la santé, de l’éducation.Parce que la maximisation des profits dans un monde à ressources limitées est pour l’innovation une approche obsolète et dangereuse, l’innovation à impact est plus que jamais un champ à travailler et renforcer (Innovation Facteur 4), et la transition écologique un horizon qui doit modifier le numérique et en faire usage. Parce que les inégalités sociales sont aggravées par la crise et posent des questions d’équité scolaire, de disparités territoriales ou d’isolement, et parce que la dématérialisation est porteuse de potentiels et de difficultés, le travail sur un numérique capacitant (Capacity Lab) est une nécessité impérieuse.

Il ne s’agit pas seulement de produire ensemble des pistes et des idées : il s’agit, comme nous y engage Philippe Lemoine, d’ »engager un combat de grande ampleur sur l’enjeu du numérique » et d’envisager « d’autres manières de transformer le monde en utilisant les outils d’aujourd’hui ». #RESET 2022 est porteur d’un objectif transformateur à court-moyen terme et d’un cadre d’action collectif pour y parvenir. Des entreprises nous disent que leur approche du numérique est en train de changer. La société civile nous montre qu’elle entend jouer un rôle plus important que jamais. Les acteurs publics nous partagent leurs questionnements sur leurs modes d’action. La recherche nous montre un foisonnement de terrains et de problématiques actuelles.De nouveaux projets de coalitions émergent, rendus évidents par la crise, d’autres mûrissent ou évoluent, le rendez-vous de l’Assemblée RESET le 16 juin permettra de rassembler nos forces au service d’intentions communes.

La Fing c’est vous, depuis 20 ans : c’est le travail d’une petite équipe avec une communauté large et diverse. Nous avons aujourd’hui besoin d’adhérents, de partenaires financiers, de mécènes, de coproducteurs – et d’autant plus que certains de nous fidèles soutiens sont en difficulté : la Fing elle-même et ses projets sont en pleine levée de fonds.Nous avons besoin de contributeurs et complices. Nous savons qu’aujourd’hui vous êtes pour certains en cellule de crise continue, réduits à l’inaction pour d’autres, et pour la majorité en situations de télétravail compliquées. Mais vous êtes nombreux à nous manifester votre impatience de participer à nos travaux, et en période confinée nous avons ouvert la boite noire de la Fing, avec le rendez-vous hebdomadaire des FingTalks.
Nous avons aussi besoin que nos travaux soient largement partagés, qu’ils soient enrichis, que chacun en fasse bon usage, localement et internationalement. Notre Assemblée générale, le 24 juin, sera l’occasion pour la Fing de se projeter dans l’avenir à la lumière du présent.

Plan d’action de la Fing en 2020

Depuis vingt ans, grâce au soutien de nos partenaires et adhérents, nos travaux collectifs questionnent les transformations numériques, qu’elles soient technologiques, économiques, politiques ou sociales. Grâce à leur  confiance, nous faisons vivre cet équilibre entre praticiens et chercheurs, acteurs privés et publics, petites et grandes structures. Grâce au cadre commun que nous avons construit, toutes ces productions, dont vous appréciez la valeur, sont des “communs”, sous licence libre.

Le monde change autour de nous, nos travaux nous y ont préparés, qu’il s’agisse de prendre en compte l’urgence écologique, les enjeux de pouvoir de la technique ou de nombreux autres aspects : tout en restant fidèles à nous-mêmes, nous redéfinissons notre mission autour de deux rôles.

Le rôle exploratoire de la Fing s’incarne dans son média InternetActu et dans ses “Expéditions” menées chaque année. Il s’agit d’aiguiser les regards sur les technologies et leurs usages, de conduire des réflexions prospectives, de mettre les certitudes du numérique à l’épreuve des enjeux contemporains, vous le verrez à a découverte de notre prochaine expédition qui tiendra assurément cette promesse.

Mais il s’agit aussi de traduire les réflexions en actions, de les faire “atterrir”. Au-delà des pistes, il nous paraît maintenant nécessaire d’endosser un rôle transformateur, de traduire plus explicitement que par le passé les pistes de travail que nous élaborons en une recherche d’impact à court-moyen terme : au-delà de l’analyse des impacts du numérique sur la société, pouvons-nous renforcer les impacts de la société sur le numérique ? Et en 2022, que voulons-nous avoir réussi ?

Cet objectif d’impact se décline en intentions, leviers, alliances. Il s’incarne d’abord autour de trois programmes que nous voulons faire “réussir” d’ici à 2022 avec votre aide : Innovation Facteur 4 et la recherche d’impact environnemental pour l’innovation ; le Self-data ou la maîtrise par les personnes de leurs données personnelles, avec Mydata.org ; CapacityLab et l’élaboration de politiques et dispositifs numériques “capacitants” pour répondre aux enjeux d’appropriation.

Il prend une dimension nouvelle avec le programme collectif #Reset 2022, engagé fin 2019 au terme de notre cycle de réflexion prospective #Reset 2018-2019 qui nous a montré un numérique “sur la sellette” mais aussi d’importants leviers pour agir : il s’agit maintenant d’élargir le cercle et d’accroître la portée de ces réflexions.
Nous poursuivons l’objectif – immodeste mais vital – de « réinventer le numérique » : travailler concrètement à changer certaines conditions-clés dans lesquelles il se développe, afin qu’il contribue plus clairement au bien commun. Le mode opératoire de ce dispositif est collectif : il s’agit d’imaginer et de faire émerger des coalitions d’acteurs hétérogènes qui s’accorderont sur des intentions communes, sur des objectifs forts mais atteignables en moins de trois ans, sur les leviers pour les atteindre. Aujourd’hui une quinzaine de coalitions émergent, il peut y en avoir plusieurs dizaines. Nous engageons à la fois la mobilisation des dynamiques, la levée de fonds et l’outillage des acteurs.

Le numérique d’aujourd’hui échappe à la maîtrise collective et de nombreux acteurs de l’innovation comprennent qu’il n’y a pas de chemin viable dans un numérique subi par la société, qu’il y a des avantages stratégiques à un numérique dont nous sommes les acteurs. Le numérique d’aujourd’hui n’est pas adapté au monde de demain, à ses incertitudes, aux enjeux climatiques et politiques du 21e siècle. Pour toutes ces raisons, la technologie est éminemment politique. Notre conviction est aujourd’hui qu’il est possible d’orienter le numérique. Nous, acteur collectif, nous vous proposons de nous engager dans une redéfinition d’un numérique qui proposerait du “mieux” plutôt que du “plus”.


Lancement du projet RUDI

Rennes Métropole est l’un des 20 lauréats (sur 175 dossiers) de l’appel à projets européen UIA “Digital Transition”, destiné à soutenir des projets innovants.

La Fing est l’un des 13 partenaires de ce projet, nommé RUDI (Rennes Urban Data Interface – ‘l’interface des données rennaises” – 2019-2022), qui vise à faciliter l’accès aux données du territoire par tous ses acteurs afin de produire des services performants et respectueux de la vie privée et des valeurs du service public.

Les travaux se sont engagés fin 2019, le premier comité de pilotage a eu lieu le 21 janvier. La Fing contribue à l’animation du projet avec des apports sur la compréhension des besoins et usages, le self data, la culture de la donnée, la stimulation de l’émergence de projets pilotes, les thématiques d’usages potentielles.