Vers des logiciels et des sites plus écologiques et éthiques ?

Photo de rawpixel on Unsplash 

Le monde du développement web s’intéresse de plus en plus à la question de la soutenabilité de leur travail, non pas seulement pour des raisons écologiques, mais aussi pour des raisons de performance et d’expérience utilisateur.

Lire la suite

Les low-tech dont nous aurions vraiment envie

Cet article reprend et développe les idées du défi n°13 “Relier numérique et low-tech” de l’Agenda pour un futur numérique et écologique, publié prochainement par la Fing, et largement rédigé par Renaud Francou, dans le cadre de son programme Transitions² .

Les solutions techniques low-tech (ou basse technologie) se sont développées en opposition aux solutions high-tech (ou technologie de pointe) dès les années 70 dans une optique écologique et éconologique (c’est-à-dire à la fois soucieuse de l’environnement et rentable économiquement). L’objectif était alors de proposer des solutions durables, moins gourmandes en énergie et en matériaux, possiblement réparables, réutilisables et/ou recyclables, mais également de travailler sur la baisse de la demande. Plus récemment, dans son ouvrage “L’âge des low-tech : vers une civilisation techniquement soutenable” publié en 2014, l’ingénieur Philippe Bihouix a listé les 7 principes des basses technologies : 1) remettre en cause les besoins ; 2) concevoir et produire vraiment durable ; 3) orienter le savoir vers l’économie des ressources ; 4) rechercher l’équilibre entre performance et convivialité ; 5) relocaliser sans perdre les bons effets d’échelle ; 6) démachiniser les services ; et 7) savoir rester modeste.

Lire la suite

[Article] Profonde, large, robuste : l’innovation qui fait frémir le CES…

Cet article a été publié dans le cadre du projet Innovation Facteur 4 mené par la FING en 2019.

…et ça n’est pas le dernier sextoy Osé (primé puis censuré).

Moins sulfureuse, (quoique), il existe une innovation qui promet un impact profond en matière environnementale, large (en visant le plus ­grand nombre) et robuste, c’est-à-dire que le projet s’intéresse à ses impacts sur d’autres secteurs et domaines, ainsi qu’aux éventuels « effets rebond » susceptibles de limiter les bénéfices écologiques nets qu’ils entraînent.

Lire la suite

[Manifeste] La low-tech : un outil de résilience pour l’humanité ? (GreenIT)

Ce manifeste écrit par Frédéric Bordage et Vincent Courboulay de GreenIT a été publié initialement sur leur site.

Dans un monde fini tel que le nôtre, comment peut on encore croire que l’univers numérique va continuer son expansion dans sa forme et à son rythme actuels ? Les ressources pour fabriquer nos doudous numériques commencent déjà à manquer.

Lire la suite

[Article] Le CES de Las Vegas ou l’urgence de la sobriété numérique, par Éric Vidalenc

Cet article a été initialement publié sur le blog Alternatives économiques d’Eric Vidalenc, responsable du pôle Transition énergétique à la direction régionale ADEME et conseiller scientifique de Futuribles International.

A la lecture du compte rendu du Consumer Electronics Show de ce début 2019 faite par Bernard Le Moullec dans l’Usine Nouvelle, l’urgence de la sobriété numérique vous saute aux yeux. Un tel déluge d’innovations inutiles fait surement bien plus que tout le travail de fond de think-tanks ou chercheurs pour prendre conscience de l’absurdité de la voie empruntée.

Lire la suite

Un outil pour l’Innovation Facteur 4 : portrait-robot

« De quoi ont besoin les porteurs de projet (et ceux qui les accompagnent) qui souhaitent produire un impact environnemental positif et fort ? » C’est la question posée le 25 janvier à près de 30 porteurs de projet, designers, responsables d’incubateur, et acteurs publics. Le “Référentiel Innovation Facteur 4” y était présenté comme point de départ du projet.

En bref, ce document s’organise autour d’une série de questions qui ont pour but de d’analyser simultanément le modèle économique et le modèle d’impact d’une innovation qui entend produire un impact écologique fort et durable. Ces questions peuvent également aider à identifier et résoudre d’éventuelles tensions entre rentabilité économique et maximisation de l’impact.

Lire la suite

La Fing renforce son offre adhérents !

En 2019, l’équipe Fing aura le plaisir d’accueillir ses adhérents lors de petits-déjeuners thématiques. Animés par les chefs de projets, ces rencontres seront l’occasion de découvrir le plan d’action de la Fing en 2019, se former aux problématiques émergentes traitées au sein de la Fing et rencontrer/échanger avec les autres membres de la communauté d’adhérents. Pour adhérer ou avoir des informations sur l’adhésion, rendez-vous sur la page Adhésion.

Mardi 9 avril 2019 : Transitions²

Animée par Renaud Francou, l’édition d’avril 2019 sera consacrée au projet Transitions² : relier les transition numérique et écologique. Lancée en 2015, cette démarche collective vise à rassembler les actions à engager et les messages communs à adresser pour mettre le numérique au service de la transition écologique. Après deux ans d’exploration et de réflexion, cette démarche a abouti à un cahier répertoriant plus de 50 pistes d’innovation, de recherche, d’action publique… Un cahier riche en propositions que nous vous invitons à venir découvrir le 09 avril 2019 !

>Inscription

Mercredi 19 juin 2019 : journée “Nos Futurs”, temps de partage entre adhérents
Un temps de partage entre adhérents et de questionnement du rôle de la Fing pour accompagner ces futurs.

> Inscription

Mardi 10 septembre 2019 : HyperVoix
Avec l’usage croissant des assistants vocaux – annoncé comme massif avec 50 % de requêtes vocales d’ici 2020 – l’hybridation des interfaces va-t-elle modifier nos interactions avec le numérique ? Quelles nouvelles hybridations avec la voix, le corps (geste, reconnaissance faciale, eye-tracking…), le cerveau ? Multiplicité des interfaces, de nouveaux embarras ? Vers de nouvelles façons d’interagir avec le numérique, vers de nouveaux imaginaires ?
HyperVoix propose de :

  • décrypter les nouvelles promesses et usages des hybridations liées à ces nouvelles interfaces,
  • interroger la conception des interfaces,
  • imaginer les interactions futures, les nouveaux liens humain – machine et les nouveaux défis que cela soulève.

> Inscription

Jeudi 7 novembre 2019 : Bilan adhésion
L’adhésion à la Fing c’est avoir accès à un large réseau d’acteurs du numérique et la possibilité de s’impliquer dans les travaux menés par l’équipe Fing. C’est aussi l’opportunité de se former et de monter en compétences sur des sujets emergents qui bousculent notre société. Cette quatrième édition des petits-déjeuners adhérents sera l’occasion de faire le bilan de l’année 2019, de dresser ensemble le constat de ce qui a marché et ce qui mérite d’être amélioré.

> Inscription

Évènements passés

Mardi 12 février 2019 : Interlabs
Les labs foisonnent dans tous les domaines, ils ne se connaissent pas si bien, on attend d’eux des réponses à une demande exorbitante : transformer les organisations, l’innovation, la prise en compte de l’usager, développer l’innovation ouverte … Tiendront-ils le coup ?

Contribuez au projet RESET !

« RESET – quel numérique voulons-nous? » est un projet sur lequel nous travaillons à la Fing depuis l’été 2018. Nous avons rédigé une première version des fiches défis (travail qui est loin d’être exhaustif, que ce soit pour la liste des défis mais aussi le contenu des fiches) et mis en ligne un formulaire pour avoir quelques contributions avant le lancement officiel. Les questions portaient sur les défis (sur quels sujets le numérique a-t-il besoin d’un RESET, d’une remise à zéro, d’une réorientation profonde ? Qu’est-ce qui ne peut plus durer ?), sur des visions (quelles directions devrions-nous explorer pour résoudre ces défis?) et sur les initiatives existantes (projets, réseaux, actions, … qui proposent des voies différentes). Un atelier en région PACA nous avait également permis d’obtenir des contributions complémentaires.

Lire la suite

Le plan d’action de la Fing en 2019

Des projets ambitieux auxquels participer, des rencontres enrichissantes pour vos collaborateurs, des thématiques porteuses de sens.

Questionner et construire le numérique de demain.

La Fing s’est créée dans le contexte d’un numérique émergent. Elle agit aujourd’hui dans un monde traversé par le numérique. Ses premiers complices ont été, et sont toujours, les défricheurs du numérique : ceux qui voient dans ces dispositifs un ensemble de chances et de potentiels. Son prisme est d’abord celui des usages, et plus précisément de la négociation entre les usagers et les propositions techniques, économiques, organisationnelles ou politiques que le numérique leur propose. Ainsi avons-nous emmené dans nos travaux de nombreux chercheurs, des investisseurs publics et privés, des acteurs associatifs, territoriaux, des entreprises porteuses d’innovation mais aussi d’usages. Dans le contexte actuel, plutôt qu’un numérique aveuglément dominateur, nous continuons d’insister sur la proximité, les liens sociaux, la confiance, la maîtrise collective.

Dans un numérique massifié, il est nécessaire de questionner les promesses non tenues et les difficultés rencontrées : la Fing propose une exploration critique de la transition numérique dans tous ses aspects, et jusqu’à un RESET, une réinvention. Ce grand chantier de 2019 mobilise beaucoup d’acteurs avec nous, mais aussi tous nos travaux communs de ces dernières années – et la richesse de notre média InternetActu. Il s’agit de transition écologique, de mutations du travail et des organisations, d’inclusion, de démocratie; mais aussi de nos relations aux systèmes techniques, aux algorithmes et aux IA, aux données, aux plateformes, à la dématérialisation, à la smart city.

Ces questionnements ne sont pas hors sol, ils sont utiles à la conception et à l’innovation : la Fing porte et accompagne en 2019 un ensemble de travaux pour et avec les innovateurs, leurs commanditaires, leurs financeurs, leurs écosystèmes. Le self data territorial creuse la piste fertile des données personnelles territorialisées au service d’objectifs communs et personnels. Le référentiel innovation facteur 4 nourrit les riches perspectives des projets à fort impact environnemental. L’expédition Interlabs engage un travail prospectif avec les responsables de labs publics et privés, sur leur proposition de valeur pour les années qui viennent. L’expédition Hypervoix se confronte à la puissance des nouvelles interfaces, notamment vocales, et à ses potentiels indésirables ou très souhaitables. Le CapacityLab traduit nos travaux de recherche sur l’inclusion en travaux appliqués sur la conception d’un numérique capacitant.

Nos complices et partenaires d’aujourd’hui sont, aussi, ceux qui cherchent à introduire du sens dans la transformation numérique de leurs métiers et de leurs organisations. Avec eux nous produisons des ressources, des kits, des méthodes d’appropriation, des principes d’action.

Anticipation et appropriation : nos travaux sont collectifs, ils produisent des communs, ils cherchent et trouvent des coproducteurs, des contributeurs, des cofinanceurs. Adhérez à la Fing, participez à nos projets, imaginez avec nous un numérique adapté aux générations futures, au monde de demain.

Téléchargez le plan d’action