2e Connecteur Recherche Riposte Créative le vendredi 3 juillet !

Les « Connecteurs Recherche » Riposte Créative créent un espace d’échange entre chercheurs et praticiens (acteurs publics territoriaux, CNFPT, autres professionnels), autour des enseignements de la crise. Ces Connecteurs, co produits avec le CNFPT, s’inscrivent également dans le cadre de l’expédition Numérique tous risques (https://fing.org/actions/numeriques-tous-risques.html) menée par la Fing.

La crise sanitaire Covid-19 et ses conséquences sociales, territoriales et organisationnelles sont à la fois facteurs de grandes difficultés, mais aussi de riches initiatives que le CNFPT cherche à mettre en lumière et en relation ; ainsi que de nombreux questionnements et réflexions que nous souhaitons instruire, avec les acteurs publics territoriaux et les acteurs de la recherche, pour préparer l’avenir. Elle soulève selon Jacques-François Marchandise plusieurs questions de recherche à instruire :

  • Numérique facteur d’exclusion et/ou de liens sociaux et de résilience (que nous apprennent les pratiques des migrants par exemple, cf. les travaux de Dana Diminescu etc)
  • Les données ouvertes sont-elles un vecteur d’appropriation démocratique ? (cf. jeux de données publiques sur covid-19)
  • Est-ce que la crise horizontalise, décloisonne les silos ? (par exemple est-ce qu’au sein des collectivités, les gens du numérique, les gens de la sécurité civile, ceux des politiques de santé publique travaillent mieux ensemble ?)
  • Comment rapprocher les termes des experts (grande technicité de la crise) des termes des usagers et des professionnels

Un premier Connecteur Riposte Créative a eu lieu le 20 mai 2020 autour de 4 sessions thématiques :  Territoire, lieux, services, proximité ; Gestion de crise ; Organisations publiques à l’épreuve de l’incertitude ; Inégalités, inclusion, capacitation.

Le deuxième se tiendra en ligne le vendredi 3 juillet 2020 autour de 3 sessions thématiques :
– L’organisation de demain au service d’une nouvelle démocratie (10h-12h)
– Le management en temps de crise (14h-16h)
– Les apprentissages en situation de crise, quels enseignements dégager pour mieux apprendre ? (14h-16h)
Plus d’infos
Nous espérons vous y retrouver nombreux pour enrichir les échanges !

Retour sur les Fing Talk confinés

Au cours de la période de confinement, et afin de rester connectés avec notre communauté, nous avons mis en place un rituel hebdomadaire : les Fing talks. Chaque jeudi, de 13h30 à 14h30, nous réunissons une dizaine de personnes, adhérents, témoins, amis et curieux de la Fing.

Spontanément, ces Fing talks sont à la fois devenus des moments de témoignage sur notre expérience du confinement, les projets lancés par les uns et les autres, et les opportunités futures de partages d’expérience ou d’embarquement dans les actions de la Fing. Parmi les thématiques que nous avons abordées : la place des tiers lieux, les communs de la connaissance, les enjeux de mobilité, la gestion de crise, les nouveaux modèles d’innovation…

Après 7 éditions de Fing Talks “confinés” et 25 participants, nous avons décidé de poursuivre cette aventure à un rythme plus doux (2 fois par mois), tout en restant ouvert à la demande.
> Inscription

Meeco publie son analyse de la nouvelle Stratégie Européenne de la Donnée

Le 19 février 2020, la commission européenne publiait sa nouvelle stratégie des données résolument tournée vers l’individu. Elle y citait le mouvement MyData comme un des modèles permettant de donner aux individus les moyens pour un meilleur contrôle et un meilleur exercice de leurs droits sur leurs données. 

Afin de permettre à tout un chacun de saisir la portée de cette nouvelle stratégie européenne des données, Meeco, un des acteurs majeurs de la communauté MyData, a publié une synthèse qui fait le point sur les enjeux, la vision et les problèmes mentionnés dans cette stratégie. 

En termes d’enjeux, Meeco pointe un des changements fondamentaux ayant eu lieu ces dernières années en matière de données; celui du glissement de la production de données des data centers vers les objets connectés et autres dispositifs plus proches de l’utilisateur (edge computing). Si ce changement implique que chacun de nous produira beaucoup plus de données que par le passé, la commission européenne y voit une opportunité de développer de nouveaux outils qui procurent aux individus un plus grand contrôle sur les données qu’ils produisent.

Concernant la vision de cette stratégie, Meeco nous indique que si la commission européenne considère les données comme une ressource créatrice de valeur et de croissance, elle estime aussi que leur exploitation ne peut se faire que de manière responsable, loin des abus et du capitalisme de surveillance dont nous avons été témoins ces deux dernières décennies. 

Quant aux problèmes, Meeco explique que plusieurs obstacles empêchent l’europe de profiter pleinement de son potentiel en matière d’économie de la donnée. Le principal obstacle est la disparité entre les états membres en termes de mise en place de cadres juridiques adéquats. La commission européenne y voit la nécessité d’une action coordonnée entre ses membres et énumère huit obstacles majeurs qui doivent être surmontés si l’Europe veut réaliser ses ambitions autour d’une économie de la donnée “human centric” : 

  • La disponibilité des données
  • Les déséquilibres du pouvoir sur le marché
  • L’interopérabilité et la qualité des données
  • La gouvernance des données
  • Les infrastructures et les technologies des données
  • La mise en capacité des individus dans l’exercice de leurs droits
  • La data literacy
  • La cybersécurité

Enfin, Meeco met en lumière, par le biais d’études de cas, des d’outils de gestion de données dont l’approche s’inscrit dans le cadre de cette nouvelle stratégie.  Ces études de cas sont analysées sous le prisme de cinq perspectives : business, droit, technologie, obstacles et catalyseurs. 

Pour découvrir plus en détails cette analyse riche en enseignements, n’hésitez pas à consulter le document d’origine dans son intégralité ici.