#RetroFuturs : retour sur l’Assemblée générale de Fing

Le 24 juin 2020, nous organisions l’Assemblée générale annuelle de la Fondation Internet Nouvelle Génération. Au programme : le bilan de l’année 2019, l’évolution de notre grille de cotisations pour intégrer un nouveau statut de partenaires, et un exercice original de projection vers les 20 prochaines années de la Fing, ponctué d’interventions de grands témoins et d’adhérents. Merci aux 70 participants, à nos adhérents et partenaires pour leur soutien !

2019, une année riche en productions et marquée par l’évolution des missions de la Fing

En première partie de l’Assemblée générale, nous avons présenté le rapport financier et le rapport moral 2019. La baisse importante des recette s’explique notamment par la fin de cycle de plusieurs programmes et une recherche de financements plus longue, constat partagé par de nombreuses associations. Le nombre d’adhésions repart à la hausse et nos coûts fixes ont diminué. Après la crise covid-19, nous engageons des efforts considérables pour maintenir une trajectoire soutenable de financement, via des adhésions institutionnelles et la recherche de nouveaux programmes.

Adhérer à la Fing

En 2019, ce sont 8 publications Fing qui ont vu le jour :

Ces travaux n’auraient pas pu voir le jour sans le soutien de nos partenaires et les nombreuses collaborations menées avec des organismes de recherche, agences de design et contributeurs. Ce modèle de coproduction, propre à la Fing, nous rend fiers, et nous souhaitons le prolonger dans les années à venir.

Internet Actu a publié plus de 40 articles, permettant aux équipes d’identifier des sujets émergents à explorer dans ses programmes de recherche-action, de transformation et ses expéditions. Plus de 55 événements ont été co-organisés sur l’ensemble du territoire et à l’international, comme la conférence mydata 2019 qui s’est tenue en Finlande en septembre 2019.

Afin de prendre en compte les évolutions de notre organisation en 2019, l’année 2020 a ouvert plusieurs défis : simplifier notre plan d’action, nous structurer en 2 pôles (exploration et transformation), réduire le nombre de nos programmes, mener des actions transverses. Nous souhaitons valoriser davantage les publications passées de la Fing auprès de nouveaux publics, y compris à l’international, expérimenter de nouvelles formes de coproduction, via du mécénat de compétences par exemple, ouvrir la gouvernance de la Fing et améliorer notre modèle d’impact.

La Fing depuis 20 ans – Extrait du rapport moral 2019

Lors de cette Assemblée générale, une résolution a été votée pour entériner une évolution de notre modèle partenarial : désormais, nous comptons, aux côtés des grands partenaires (cotisation de 100 000 euros), des partenaires stratégiques, qui s’impliquent sur plusieurs programmes (cotisation de 50 000 euros).

Les grands partenaires et partenaires stratégiques de la Fing en 2020

La Fing a 20 ans, et dans 20 ans, que sera-t-elle, quels grands enjeux seront au coeur de ses travaux ?

La deuxième partie de l’Assemblée générale s’est ouverte avec une teinte festive et futuriste. Afin de célébrer les 20 ans de la Fing, nous avons proposé à plusieurs visages de la Fing de se prêter à un exercice de projection : imaginer l’action et les missions de la Fing pour les 20 prochaines années.

Extraits de notre session #RetroFuturs animée par Hugues Aubin, fidèle adhérent de la Fing et chargé de mission au numérique au sein de la Métropole de Rennes.

Axelle Lemaire, ancienne Secrétaire d’Etat au Numérique, associée chez Roland Berger en charge de Terra Numerata, a présenté la « Loi pour un Localisme numérique », version 2 de la Loi pour une République numérique. Suggestion de loi émanant des citoyens et impulsée par la Fing, elle introduit plusieurs mesures dont :

  • le droit au numérique
  • des sanctions en cas de non respect du principe d’accessibilité par défaut
  • la notion de startup numérique d’intérêt général (soutenues par les pouvoirs publics selon des critères environnementaux, cela nous fait penser à Innovation Facteur 4)
  • l’écriture et l’adoption des textes règlementaires et législatifs en open source
  • l’extension du crime d’écocide aux entreprises du numérique, l’ouverture du capital des médias aux citoyens
  • l’obligation de réaliser des négociations sociales sur les règles relatives au télétravail
  • l’adhésion de la France à une convention internationale sur les droits du numérique
Quelques intervenant.e.s et participant.e.s à la session #RetroFuturs

Thomas Menant, administrateur de la Fing et associé de Numéricité, a invité la Fing à mobiliser sa communauté pour s’adapter en continu et se ré-orienter. Afin de créer davantage d’impacts, il nous a invité à faire venir autour de la table davantage d’acteurs « de la tech » (entreprises et startups technologiques), qui doivent aussi avoir un regard critique sur les technologies et services qu’ils développent, pour un numérique inclusif et solidaire. Un vrai clin d’œil à notre programme #Reset !

Kémo Touré, directeur général de Wikuto, qui a vécu la Fing via le Carrefour des Possibles, souhaite que la Fing continue d’être une structure indépendante pour discuter des enjeux du numériques et permettre des échanges entre acteurs publics et privés.

Charlotte Marchandise, 1 parmi plus de 120 alumni de la Fing et candidate à l’élection présidentielle de 2017, souhaite que la Fing explore de nouveaux espaces autour des données. Le défi est de taille : quelles stratégies de données pour les invisibles (les publics pour lesquels on manque de données, comme les personnes en situation de handicap), et auprès des furtifs (les publics qui ne souhaitent pas apparaître) ? Comment faire en sorte que les données prennent en compte les réalités sociales ? Et comment enfin intégrer des choix de « non numérique » ? Des axes intéressants pour le programme self data et de futurs articles sur Internet Actu.

Stéphie Vincent, Directrice opérationnelle de l’Hermitage, a invité la communauté Fing a poursuivre ses actions autour des nouveaux modèles de fabrication distribuée, à l’image de l’initiative Fabricommuns. La crise covid-19 a révélé l’utilité et le potentiel des fablabs territoriaux, il est désormais nécessaire de tester des modèles économiques pour soutenir ces lieux et participer à la résilience des territoires. Ce sont des sujets souvent mentionnés dans nos travaux actuels sur le numérique et les risques.

Ces interventions ont donné lieu à de nombreux rebonds de la part des participants, que vous pouvez retrouver par écrit ou en rediffusion.

Revivre l’Assemblée générale

Et après ? Ouvrir davantage notre programmation et nos productions à la communauté Fing

Les nombreux défis et perspectives proposés lors de cette AG donnent aussi du grain à moudre à la Fing (l’équipe, le Conseil d’administration, nos partenaires et adhérents) pour construire de futurs programmes et se transformer.

En cette année inédite, nous souhaitons inclure davantage notre communauté dans la programmation et les actions de la Fing.

Vous souhaitez vous mobiliser ? Vous pouvez adhérer à la Fing, nous écrire, parler de la Fing dans vos organisations et participer à nos rendez-vous !

Bel été !

Retour sur les Fing Talk confinés

Au cours de la période de confinement, et afin de rester connectés avec notre communauté, nous avons mis en place un rituel hebdomadaire : les Fing talks. Chaque jeudi, de 13h30 à 14h30, nous réunissons une dizaine de personnes, adhérents, témoins, amis et curieux de la Fing.

Spontanément, ces Fing talks sont à la fois devenus des moments de témoignage sur notre expérience du confinement, les projets lancés par les uns et les autres, et les opportunités futures de partages d’expérience ou d’embarquement dans les actions de la Fing. Parmi les thématiques que nous avons abordées : la place des tiers lieux, les communs de la connaissance, les enjeux de mobilité, la gestion de crise, les nouveaux modèles d’innovation…

Après 7 éditions de Fing Talks “confinés” et 25 participants, nous avons décidé de poursuivre cette aventure à un rythme plus doux (2 fois par mois), tout en restant ouvert à la demande.
> Inscription

Vous souhaitez imaginer et construire le futur du numérique ? Rejoignez la Fing – Offres de stage

Rejoignez-nous ! La Fing, think tank de référence sur le numérique, mène des actions d’exploration et de transformation avec ses partenaires et son écosystème pour imaginer un numérique responsable, porteur d’avenir et centré sur les capacités humaines.

Dans le cadre de notre programme d’action 2020, et afin de développer de nouvelles actions auprès de notre écosystème, nous ouvrons deux offres de stage, à pourvoir dès que possible !

Vous êtes passionné-e des transformations numériques et souhaitez contribuer à imaginer le futur du numérique ? Découvrez les offres de stage.

Chargé(e) de mission animation de communautés et valorisation

Votre mission sera de participer à l’animation du réseau Fing (partenaires, adhérents, contributeurs) via des actions de communication (web, réseaux, sociaux, animation de communautés, relations adhérents etc.) et de participer à la mise en place d’une stratégie de valorisation des actions et productions de la Fing (événements, nouveaux formats de diffusion et d’appropriation des contenus, relations presse, etc.).

Découvrez l’offre de stage : chargé(e) de mission animation de communautés et valorisation (6 mois, à partir de juin, arrivée possible au cours de l’été).

Cette offre de stage est faite pour vous si :

  • Vous aimez écrire des articles de blogs, des newsletters sur les sujets d’innovation et de numérique
  • Vous aimez utiliser des outils numériques multiples (site web, réseaux sociaux, outils collaboratifs)
  • Vous êtes une personne créative 🙂

Chargé(e) de mission prospective au sein de l’expédition Numérique tous risques

Votre mission, au sein de l’équipe de l’expédition Numérique tous risques, sera d’assurer le bon déroulement de l’expédition (préparation des rencontres avec les partenaires et interlocuteurs terrains, suivi et valorisation des actions) et de participer activement à sa réalisation (veille, cartographie, enquêtes terrains, animation d’ateliers, recommandations). Cette expédition, plus que d’actualité avec la crise du covid-19, entend explorer les crises du vu numérique et le numérique vu des crises.

Découvrez l’offre de stage : Chargé(e) de mission prospective – expédition Numérique tous risques (6 mois, à partir de juin, arrivée possible au cours de l’été).

Cette offre de stage est faite pour vous si :

  • Vous avez des bonnes connaissances en humanités numériques et avez déjà réalisé des actions de recherche (veille et grilles d’enquêtes)
  • Vous aimez animer et participer à des ateliers prospectifs et des entretiens de terrains
  • Vous aimez écrire et formaliser de nouvelles connaissances

Comment se déroule le recrutement ?

Une fois votre candidature envoyée à l’adresse rh@fing.org, nous étudierons les candidatures et organiserons, à distance, des entretiens pour mieux vous connaître et échanger sur vos motivations et disponibilités. Lors de ces entretiens, les candidats pourront bien sûr poser des questions sur le déroulement du stage et les missions attendues, et donner des idées et envies d’apprentissage.

Les candidats reçus pourront ensuite élaborer une convention de stage en lien avec la Fing et leur établissement d’enseignement.

Nos travaux étant déjà bien engagés, nous souhaiterions pouvoir faire démarrer les stages avant l’été, mais nous restons bien sûr flexibles en fonction de vos contraintes !

Pour préparer votre candidature, vous pouvez :

Nous publions tons toutes nos offres de recrutement sur la page suivante : https://fing.org/recrutement.html

Le « jour d’après » sera numérique ou ne le sera pas – Le témoignage de la Fing en nouvelle écoute

Le 8 avril 2020, la Fing a participé à un atelier au format inédit.

Organisé dans le cadre de la consultation « Le jour d’après« , initiée par 60 parlementaires dans le contexte de la crise liée à l’épidémie de covid-19, cet atelier, en visioconférence, avait pour objectif d’éclairer la thématique numérique de la consultation.

Les axes du débat ont été posés par Paula Forteza, députée des Français de l’étranger et co-initiatrice de la consultation auprès des deux témoins, Sébastien Soriano, Président de l’ARCEP (autorité de régulation des communications électroniques et des postes) et Mathilde Bras, directrice opérationnelle de la Fing. Ils ont été également enrichis des questions des participants et des propositions publiées sur la plateforme de consultation.

En résumé trois grandes questions ont été abordées :

  • Peut-on dire qu’il y aura un avant et un après crise concernant notre modèle numérique ?
  • Quelles utilisation des outils numériques et des données pour gérer la crise, et quelles protections y associer ?
  • Quels apprentissages pour nos politiques publiques du numériques (5G, inclusion et usages, sobriété numérique, communs numériques, régulation des grands acteurs, etc.) ?

Les échanges sont accessibles en nouvelle écoute et nouvelle lecture sur le site de la consultation : Atelier 1 – Le jour d’après sera numérique ou ne le sera pas.

Les échanges entre les témoins et avec les participants ont démontré à quel point les actions de la Fing pour 2020 sont pertinentes pour éclairer certains enjeux liée à la crise actuelle. A titre d’exemple :

  • L’expédition Numérique tous risques vise à étudier les risques et les crises comme révélatrices des fragilités et dépendances auxquelles les dispositifs numériques sont exposés, et exposent la société, les organisations, les collectifs. La Fing entend considérer la crise du covid-19 comme l’un des terrains de cette expédition, en prenant notamment l’angle des organisations apprenantes.
  • La communauté internationale mydata.org, cofondée par la Fing et les actions menées sur le self data territorial, explorent les questions de maîtrise par les usagers de leur données et la construction d’environnement de confiance décentralisés, enjeux qui résonnent particulièrement aujourd’hui lorsqu’il s’agit d’intégrer des dispositifs numériques de lutte contre la crise.
  • La démarche RESET a pour ambition de former des coalitions d’acteurs autour de différentes thématiques afin de « transformer le numérique », pour qu’il soit un numérique choisi plutôt que subi. Les enjeux de sobriété numérique, de maîtrise des technologies, de lien social, d’équité et tant d’autres sont aussi mobilisés dans les débats et réflexions du « monde d’après ».

Vous souhaitez en savoir plus sur les activités de la Fing, vous impliquer en tant que partenaire ? Vous voulez partager une initiative et/ou des idées sur le futur du numérique ? Ecrivez nous ou participez à nos Fing Talks hebdomadaires !

NB : la participation de la Fing à cet atelier n’est aucunement le signe d’un quelconque soutien politique.