La mémoire du risque

Point d’étape de l’expédition Numérique tous risques

Il y a un an, l’incendie de l’usine Lubrizol nous rappelait brutalement aux enjeux du risque industriel en France. Le 25 septembre, nous avons assisté au forum réunissant les acteurs de cette crise (Métropole, entreprises de la chimie, collectifs de citoyens, etc…), qui visait à faire le bilan des chantiers mis en place dans l’année suite à la catastrophe, et lancer les nouveaux. Une actualité qui incite la nouvelle équipe élue à la Métropole à s’investir dans une stratégie environnementale. Celle-ci était incarnée par un grand nombre d’événements organisés lors de la Semaine du Développement Durable

Mémoire et constantes des crises

De nombreuses enquêtes ont été initiées sur le territoire dont celle portant sur la culture du risque des habitants de la métropole pilotée par le géographe Eric Daudé. Il en ressort que la perception de la crise est très variable selon l’historique des habitants, ainsi que leur contexte professionnel et familial. Cette mémoire diversement appréhendée constitue aujourd’hui un frein à l’efficience de dispositifs de limitation des risques. Ces enquêtes mettent en lumière la complexité des enjeux des risques sur un territoire, pris dans des contextes spatio-temporel et socio-politique particuliers qui appellent à se plonger dans la réalité du terrain.

Nous retrouvons des constantes des situations de crise, encore constatées tout récemment avec la catastrophe dans les Alpes Maritimes : l’enjeu de l’information, la disponibilité des moyens de communication, la pertinence des processus de décision, l’accessibilité des dispositifs de protection de la population. 

Entrechoquer les paradigmes du numérique et de la crise

Pour mettre en perspective ces problématiques, nous achevons la première phase de l’expédition portant sur l’exploration thématique, qui visait à déterminer les contours du sujet des risques et des crises, et saisir un état des lieux des questionnements autour du numérique dans leur appréhension par différents acteurs. Nous avons exploré le paradigme du numérique d’une part, et celui des crises d’autres part, en les entrechoquant pour faire émerger les problèmes et les besoins. 

Vous pourrez bientôt vous plonger dans le contenu de cette exploration – en cours de rédaction – via un outil en ligne, qui vous permettra de réagir et d’enrichir les analyses disponibles. Nous avons souhaité donner la parole à des témoins porteurs d’expertises pluridisciplinaires pour apporter des angles de vue complémentaires : philosophe, ingénieur, psychiatre, sociologue, etc. Vous pourrez également découvrir des portraits d’acteurs de la crise afin de comprendre leur présent en matière d’usages numériques mais aussi les progrès possibles dans le futur. 

Ce cahier sera disponible dans les semaines à venir. Nous lançons en parallèle la collecte d’expériences sur les usages numériques dans les crises, sur le territoire de la Métropole de Rouen. 

Outiller et mobiliser les acteurs : comment contribuer ?

L’objectif de l’expédition est d’outiller et d’élargir les possibilités d’actions des différents acteurs impliqués dans les risques et les crises. C’est pourquoi une grande part de notre travail est de collecter et mettre en valeur des procédés et solutions pour soutenir tous types d’acteurs (entreprises, État, société civile). Celles-ci constituent des pistes créatives et résilientes pour prévenir, appréhender, et apprendre des crises, qu’elles soient directement issues de l’expériences de crises ou qu’elles inspirent indirectement ce champs.

Vous êtes donc invité à partager des idées via le formulaire de collecte de procédés et solutions.

Engager des coopérations pour disposer d’un numérique résilient

La Fing a initié une coopération avec la Chaire Gestion de Crise de l’Université Technologique de Troyes, et s’engage dans le Challenge “gestion des Risques Industriels” mobilisant des écoles d’ingénieurs de Normandie et des start-up qui aboutira à la mise en valeur de solutions innovantes au premier semestre 2021. C’est aussi le sens de la relation établie avec l’Institut pour l’Histoire et la Mémoire des Catastrophes pour recueillir les expériences des habitants ; organiser et partager une mémoire collective pour mieux se préparer aux futures crises.

Le cahier d’exploration, la collecte d’expériences à Rouen, ainsi que la collecte de procédés et solutions innovantes, viendront alimenter la réflexion des participants des ateliers prospectifs programmés en novembre et décembre. Ceux-ci réuniront à Rouen et Paris une grande variété de personnes représentatives des situations de crise, pour collaborer ensemble autour de scénarios du futur.

Article co-écrit par Juliette Grossmann et Denis Pansu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces éléments HTML tags et attributs :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.