Sociogeek

La Fing, faberNovel et Orange présentent les résultas de Sociogeek, première enquête sociologique sur l’exposition de soi sur le web 2.0 en France


Quelles sont les différentes manières de s’exposer sur les principales plates-formes de réseau social du web 2.0 ?

Qui s’expose et comment ces formes d’exposition conduisent-elles à des comportements relationnels spécifiques sur internet ?

Ces questions ont présidé au lancement de « Sociogeek », première enquête sociologique en ligne sur le web 2.0, menée par trois partenaires : faberNovel, le programme « Identités actives » de la Fing (Fondation Internet Nouvelle Génération) et le laboratoire des usages d’Orange. Elle a été imaginée dans le cadre du séminaire ouvert et public « Les sciences sociales et le web 2.0 » qui se réunit chaque semaine à La Cantine (Paris 2e), l’espace de co-working francilien des acteurs du numérique.

Mise en ligne début octobre sur www.sociogeek.com|www.sociogeek.com (lien externe) sous la forme d’un quiz basé sur le classement de photos et l’identification des amis, cette enquête d’un genre nouveau présente les nouvelles pratiques des internautes en terme d’exposition de soi.

4Une participation record à l’enquête : plus de 11 000 internautes4

Fait rare dans les enquêtes sociologiques, plus de 11 000 internautes ont répondu intégralement et anonymement à l’enquête en ligne. Ils réunissent un public composé en majorité de passionnés des technologies et de réseaux sociaux. L’échantillon se caractérise par une sur-représentation des hommes (74%) et des jeunes adultes (âge moyen : 28 ans). 96% des répondants se connectent plusieurs fois par jour sur Internet et sont membres d’un ou plusieurs réseaux sociaux. Les enquêtés sont également fortement diplômés.

4L’émergence de deux nouvelles formes d’exposition de soi4

En marge des deux modalités classiques que sont « l’exposition de soi traditionnelle » (photos de famille, de vacances, de mariage) et « l’impudeur corporelle » (nudité, intimité, vie amoureuse), l’enquête a fait apparaître deux nouveaux archétypes :

« L’exhib’ » : qui correspond aux formes d’expression de soi selon lesquelles les personnes se mettent en scène dans divers contextes : en mangeant, décontracté au travail, en colère, dansant…

« Le trash » , qui correspond à des formes d’exposition de soi outrancières lorsque les participants exhibent des images « négatives » d’eux-mêmes (pleurs, maladie, disgrâces corporelles).

L’enquête montre que « l’exhib’ » constitue la principale nouvelle tendance des formes d’exposition de soi suscitées par le web 2.0. Elle témoigne d’un souci de plus en plus affirmé, notamment chez les jeunes, de construire son image en se montrant dans des poses décontractées, festives, théâtrales et expressives. Cependant, ce « relâchement » reste très contrôlé.

4L’exposition de soi sur le web reste mesurée et « contrôlée »4

Les répondants exposent modérément leur identité sur le web. La note moyenne des réponses obtenues sur l’ensemble de l’échantillon est en effet de 2,07 (les niveaux d’exposition allant de 1 : très pudique à 4 : très impudique). Seulement 7,6% de l’échantillon a une note d’impudeur supérieure à 3 (dont 90% sont des hommes).

Etre actif sur les réseaux sociaux de l’Internet n’entraîne pas une exposition de soi plus forte que la moyenne. En revanche, pour élargir son cercle relationnel et augmenter le nombre de ses amis, il est nécessaire d’exposer plus fortement son identité.

Les hommes s’exposent plus que les femmes. Leur note d’exposition est de 2,12 contre 1,91 pour les femmes.

Il existe un lien solide entre le niveau d’exposition et l’âge, les jeunes s’exposant davantage que les plus âgés, particulièrement sur le registre de l’exhib’ (2,63 pour les moins de 20 ans contre 2,19 pour les plus de 41 ans).

Le niveau d’exposition reste contrôlé par les individus. Il apparaît moins comme une prise de risque « inconsciente » que comme une activité stratégique destinée à produire une image de soi ouverte, avantageuse et positive.

4Ce que l’on ne montre pas sur le web 2.04

Dans le choix des formes d’expression publique sur le web, les instants festifs et joyeux et les émotions positives sont fortement valorisés quand la tristesse est bannie. Les photos les moins souvent retenues sont les photos de pleurs, de colères ou représentant la maladie ou les parents. En revanche, les photographies que les personnes acceptent le plus facilement de publier sont les photos de fête, de danse, de mariage ou de couple.

L’image de soi que l’on expose sur le web est une manière d’exprimer sa singularité auprès de son réseau d’amis, ce qui conduit souvent les répondants à des stratégies d’image très réfléchies. Il existe un lien solide entre le niveau scolaire et la vigilance qu’exercent les personnes dans le contrôle de leur image sur Internet.

4Comment choisit-on ses « amis » sur le net ?4

Pour découvrir un nouvel ami, l’analyse révèle que c’est d’abord la photo que l’on regarde, puis le nom ou le pseudo, l’âge et enfin le nombre d’amis en commun. L’enquête, dans laquelle les répondants devaient jouer à devenir amis avec un échantillon de personnages fictifs, montre enfin que les participants s’orientent vers des personnes qui leur ressemblent : par exemple, les diplômés choisissent des diplômés.

Les résultats complets de l’enquête sont disponibles sur : www.sociogeek.com/resultats/|www.sociogeek.com/resultats/ (lien externe)

4A propos de faberNovel4
Créée en 2003, faberNovel est une société dédiée à l’innovation et à sa mise en pratique. Stratégie, organisation, expérimentation, gestion de projets innovants, entrepreneuriat : l’expertise de faberNovel s’étend à toutes les problématiques de l’innovation. Ces compétences sont mises au service de grands comptes et de startups souhaitant déléguer leur capacité d’innovation, ou de projets internes à l’écosystème de faberNovel. Dans le domaine propre aux réseaux sociaux, faberNovel a notamment publié une étude sur « Facebook : la révolution du média social »et sur « les best practices des réseaux sociaux »

4A propos de la Fing4
Créée en 2000 par une équipe d’entrepreneurs et d’experts, la Fing (Fondation pour l’internet nouvelle génération) http://www.fing.org|http://www.fing.org (lien externe) a pour mission de repérer, stimuler et valoriser l’innovation dans les services et les usages du numérique et des réseaux. Elle est à la fois un réseau, un think tank, un espace où émergent et s’échangent des idées neuves, un lieu de rencontre avec l’innovation et les innovateurs. Le programme « Identités actives » http://www.identitesactives.net|http://www.identitesactives.net (lien externe), animé par la Fing en collaboration avec EIfEL et Cecurity.com, a pour objectif d’explorer les pistes d’innovation qu’ouvrent les nouvelles pratiques de l’identité numérique.

4A propos des Orange Labs4
Au sein du réseau des Orange Labs, le laboratoire des usages travaille sur les nouveaux usages des outils de communication. Sociologues, ergonomes et économistes analysent les transformations sociales et culturelles associées au développement des pratiques de communication électronique, notamment dans le monde du web 2.0. Les chercheurs du laboratoire ont déjà travaillé sur la typologie des plateformes relationnelles et sur les principales caractéristiques des réseaux sociaux sur le web 2.0.

4Contacts presse4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces éléments HTML tags et attributs :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.