Le point sur l'expédition "Confiance numérique"

Après deux ateliers et un travail considérable de veille et de repérage d’innovation dans le domaine de la confiance, l’expédition "Confiance numérique" de la Fing et la Fondation Télécom vous livre ses premiers résultats. A mi-parcours, il est encore temps de nous rejoindre et participer à la réflexion !!

Pour mémoire, l’expédition "Nouvelles approches de la confiance numérique" (avril - décembre 2010 portée par la Fing et la Fondation Télécom) convie entreprises de la sécurité et de la confiance, grands intermédiaires, fournisseurs d’accès et de technologies grand public, acteurs publics, chercheurs, innovateurs… à explorer, ensemble, de nouvelles approches de la "confiance numérique".
> Suivre l’expédition en direct sur le réseau social de la Fing (espace collaboratif et ouvert)

L’expédition "Confiance numérique" : où en sommes-nous ?

Le dernier atelier (le 27 septembre dernier - pastille orange dans le schéma ci-dessous) a validé les deux "pivots" qui guideront la recherche de nouvelles pistes d’innovation et de recherche dans la suite de l’expédition :

Le compte rendu complet de l’atelier est en ligne sur l’espace du groupe. Voir aussi les slides de l’atelier, qui détaillent les principales conclusions.


Le fil rouge de l’expédition : vers un désir de confiance ?

La montée en puissance des dispositifs de P2P nous montre que, malgré la crise de "metaconfiance", les individus continuent d’agir en société, parfois sous des formes radicalement nouvelles. L’hypothèse proposée est que cette aspiration de confiance, insatisfaite mais incroyablement forte, a du mal à trouver son application dans les relations traditionnelles ou via les tiers de confiance habituels. D’où la tentation pour les individus de s’appuyer sur de nouveaux mécanismes de confiance souvent régis par essai-erreur par la communauté (dispositifs de "jugement" et de "promesse" par exemple, largement à l’œuvre dans le numérique). Derrière cette soif de confiance, on peut légitimement postuler sur une forme de disponibilité et d’écoute de la part des individus en recherche de mécanismes de confiance. Et qu’il y a donc de vraies réponses à inventer ou reconstruire, celles-ci pouvant venir du marché, des individus, des organisations, de la communauté…

A quels niveaux peut-on agir ? 6 pistes à explorer

Où chercher ces opportunités ? Sur quels "segments" de la confiance les faire émerger ? Quatre pistes (directions) sont proposées.

1- Les dispositifs de confiance Il s’agit de tiers dont le rôle est d’assurer la crédibilité des engagements entre plusieurs parties. Ils ont pour fonction de réduire l’opacité des marchés et limiter le risque d’être victimes de l’opportunisme des autres. Ces dispositifs qui objectivent la confiance sont de plusieurs types : systèmes techniques, sociaux, juridiques, institutionnels. ⇒ Comment redonner légitimité aux dispositifs de confiance ? Ou créer ceux dont on a besoin ?

2- La confiance "P2P" Des espaces dans lesquels la confiance s’établit, se fonde, se vérifie à partir des échanges entre pairs et de leurs évaluations réciproques. Certains dispositifs à l’œuvre dans le "P2P" sont d’ailleurs candidats au statut de "dispositifs de confiance" : "Dispositifs de jugement" (forums de consommateurs, systèmes de réputation, sites d’évaluation de produits ou services…) ou "Dispositifs de promesse" (monnaies alternatives, modes de paiement ou de financement P2P, sanctions sociales dans des groupes ou dans eBay…), dans l’ensemble plutôt issus du numérique et des réseaux. ⇒ Quels sont le potentiel et les risques de la "confiance communautaire" ? Comment peut-elle se développer, passer à l’échelle ?

3- La relation (qui se divise en 3 sous-pistes)
3-1 … entre un individu et une organisation (entreprise, association, administration…)
3-2 … entre une organisation et une autre organisation

La confiance dans la relation entre un individu et une organisation (entreprise, association, administration…) ou entre eux entendue comme ce qui fait qu’on ne prend pas toutes les garanties possibles avant d’agir. ⇒ Comment rétablir les conditions de la confiance entre individus et organisations, individus et organisations entre elles ? Sont-elles vraiment différentes ? On parle souvent de méfiance des individus envers les organisations, mais l’inverse n’est-il pas aussi vrai ? Ne faut-il pas partir de la confiance organisations → individus ? La confiance accordée est-elle un facteur de compétitivité ? Quelles marques de confiance sont-elles fidélisantes, différenciantes ? Quid si, justement, les individus deviennent des marques ?

4- L’outillage des individus Tirer parti des technologies pour augmenter la confiance en eux et les capacités des individus : se connaître eux-mêmes, s’informer, décider, négocier, agir sur leurs relations avec des tiers, individus et organisations. Au même titre que la confiance "P2P", il s’agit d’un champ d’exploration largement lié à l’internet. ⇒ Comment outiller l’individu dans sa relation aux organisations, voire aux autres ? Qu’est-ce qui, dans cette démarche, crée ou détruit de la confiance ?

La suite : des pistes aux opportunités concrètes d’innovation

Pour mieux qualifier ces pistes, et avant de les scénariser pour en faire ressortir des pistes d’action et des opportunités de R&D actionnables, le groupe va s’atteler à nourrir ces 4 "directions" à l’aide de 4 questions (approche métier) :

S’ensuivra un "dépouillement" des réponses et à partir d’une série de projets innovants que nous avons repéré, nous commencerons à scénariser les opportunités les plus prometteuses que nous aurons fait émerger.

Les prochaines étapes

(A suivre au fil de l’eau sur le blog du groupe)

Vous & la Fing

Participez à nos travaux

Les échanges et productions se déroulent sur le réseau collaboratif de la Fing.

Proposez un projet

Vous avez un projet innovant qui fait le lien entre transition numérique et transition écologique à valoriser ou nous présenter.

Suivez-nous