faire émerger et connecter des FabLabs en France

L’innovation ouverte en France a besoin qu’émergent des "Fab Labs". En coopération avec d’autres acteurs de l’innovation, de la création, de l’éducation et de la recherche et des technologies, la Fing s’engage pour les aider à émerger et se connecter.

Qu’est-ce qu’un Fab Lab ?

Un Fab Lab (abréviation de Fabrication laboratory) est une plate-forme ouverte de création et de prototypage d’objets physiques, "intelligents" ou non. Il s’adresse aux entrepreneurs qui veulent passer plus vite du concept au prototype ; aux designers et aux artistes ; aux étudiants désireux d’expérimenter et d’enrichir leurs connaissances pratiques en électronique, en CFAO, en design ; aux bricoleurs du XXIe siècle…

Son origine

Le concept de Fab Lab a été défini en 2004 par Neil Gershenfeld, directeur du Center for Bits and Atoms, au sein du MIT (Massachussets Institute of Technology).

Un Fab Lab "type" regroupe un ensemble de machines à commande numérique de niveau professionnel, mais standards et peu coûteuses : une machine à découpe laser capable de produire des structure en 2D et 3D, une machine à sérigraphie qui fabrique des antennes et des circuits flexibles, une fraiseuse à haute résolution pour fabriquer des circuits imprimés et des moules, une autre plus importante pour créer des pièces volumineuses. On y trouve également des composants électroniques standards, ainsi que des outils de programmation associés à des microcontrôleurs ouverts, peu coûteux et performants. L’ensemble de ces dispositifs est contrôlé à l’aide de logiciels communs de conception et fabrication assistés par ordinateur.

D’autres équipements plus avancés, tels que des imprimantes 3D, peuvent également équiper certains Fab Labs.

Les différents Fab Labs dans le monde combinent tous, de manières différentes, cinq fonctions correspondant à cinq publics : la simple découverte du pouvoir de faire, de fabriquer, qui s’adresse aux enfants ou aux bricoleurs ; l’éducation par l’action, qui s’adresse aux écoles et universités ; le prototypage rapide, qui s’adresse aux entrepreneurs et créateurs ; la production locale, qui répond notamment aux besoins de pays en développement, mais aussi à ceux d’artistes, designers ou bricoleurs qui ne cherchent pas la grande série ; et l’innovation, l’invention des objets, des espaces, des formes de demain.

Un réseau de fablabs dans le monde

Suite à la création du premier Fab Lab à Boston, ont émergé d’autres petits centres de production connectés et équipés de diverses machines pilotées par ordinateurs. On en trouve aux États-Unis en en Europe, mais aussi en Afrique (Ghana, Kenya, Afrique du Sud), au Costa Rica ou en Afghanistan. On y produit des colliers émetteurs pour les troupeaux de rennes norvégiens, des pompes à eau, des turbines à vapeur, des instruments agricoles, des antennes paraboliques à haut niveau de gain, des turbines à vapeur…

Le Fab Lab en images

Faire émerger et connecter des Fab Labs en France

En coopération avec d’autres acteurs de l’innovation, de la création, de l’éducation et de la recherche et des technologies, la Fing s’engage pour aider des Fab Labs français à émerger et se connecter.

A l’heure de la convergence du numérique et du physique, d’où viendront les concepts neufs, les objets inédits, les combinaisons inimaginables ? Probablement, comme c’est le cas dans l’internet depuis 15 ans, d’en dehors des industries établies comme des laboratoires spécialisés. L’internet des objets ne se contente pas de connecter des choses. En amont, il assure la continuité entre leur processus - déjà numérique - de conception et de production. En aval, il les rend programmables et bavards, ou au moins traçables. Bref, il dote les choses physiques de nombreuses propriétés du monde numérique.

Le premier enjeu devient alors d’ouvrir les technologies sur lesquelles se fondent ces objets, leurs interfaces de communication et de programmation, mais aussi les outils de leur conception et les données qu’ils produisent.

Ensuite, parce qu’intervenir sur la matière nécessite des machines, des matériaux, et souvent d’associer diverses compétences, il faut à ces objets ouverts des espaces de création, de bricolage, d’expérimentation, de prototypage, de reverse engineering, de production locale, d’apprentissage… De tels espaces n’apparaissaient pas indispensables dans le monde numérique, et pourtant ils ont très vite émergé et l’on en rencontre de plus en plus : alors, lorsqu’il s’agit de concevoir des choses, ou des espaces ! Ces espaces s’inventent aujourd’hui, certains pensés et gérés (les "fab labs"), d’autres plus spontanés, autogérés, parfois temporaires ("hackerspaces", dorkbots…). Nous avons un besoin collectif de les faire advenir et grandir. Ils sont les laboratoires du demain.

La définition du fablab, par Daniel Kaplan et Jean-Louis Fréchin

vidéo réalisée par Nod-A

La définition du fablab en trois mots, par des Fab Labers du monde entier

vidéo réalisée par Fab Lab Barcelona.

Le Fab Lab temporaire installé à la cité des sciences pendant Futur en Seine

Le Fab Lab temporaire installé à la cité des sciences pendant Futur en Seine (juin 2011) : les photos

En savoir plus

Vous & la Fing

Participez à nos travaux

Les échanges et productions se déroulent sur le réseau collaboratif de la Fing.

Proposez un projet

Vous avez un projet innovant qui fait le lien entre transition numérique et transition écologique à valoriser ou nous présenter.

Suivez-nous