Les "robots tueurs” sont-ils pour bientôt ?

Parmi les craintes suscitées par la montée de l’IA, la mise au point de "robots tueurs" figurent en première place. Il existe dès aujourd’hui un mouvement contre les "slaughterbots", qui a réalisé un petit film de science-fiction dystopique très glaçant. A la fin du court métrage, Stuart Russel, professeur de science informatique et spécialiste de l’IA, insiste sur le fait que les technologies montrées dans cette fiction existent toutes déjà, qu’il ne reste qu’à les mettre en place.

De fait, il existe déjà des systèmes létaux semi-autonomes, capables de repérer une cible à distance mais qui attendent l’ordre de tir d’un être humain pour exécuter leur ultime tâche. En France, comme l’a souligné la sociologue Caroline Moricot, on n’utilise pas ce type de drone d’attaque. En novembre, les Nations-Unis ont essayé de mettre en place une commission pour discuter les dangers de ces futurs robots tueurs, mais la Russie s’est opposée à toute régulation dans ce domaine, faisant capoter le débat avant même qu’il commence.

La philosophe Grégoire Chamayou a écrit un ouvrage remarqué, la théorie du drone, qui analyse les risques posés par cette nouvelle forme de guerre. Peu importe finalement que la décision de tirer soit effectuée par un être humain : la question est que les cibles potentielles peuvent être nombreuses et pas forcément justifiées ; comme il l’écrit : « Vu du ciel, rien ne ressemble plus à une réunion de militants qu’une réunion de village. »

Vous & la Fing

Participez à nos travaux

Les échanges et productions se déroulent sur le réseau collaboratif de la Fing.

Proposez un projet

Vous avez un projet innovant qui fait le lien entre transition numérique et transition écologique à valoriser ou nous présenter.

Suivez-nous