Les idées qui ressortent de Lift

Cette première édition a permis de découvrir des intervenants, parfois peu connus en France et ouvre des perspectives inédites.

Une conférence qui place l’homme et l’environnement au coeur de toute réflexion

Rassemblement de pionniers du monde entier, cette édition avait pour ambition de transformer le changement en opportunité et d’anticiper les idées ou les réalisations qui préfigurent déjà notre avenir.
« Nous ne sommes pas des défendeurs forcenés des technologies, mais nous souhaitons avant tout les inclure dans une approche plus globale et ainsi explorer la manière dont elles contribuent aux nouvelles dynamiques d’innovation », précise Laurent Haug, co-fondateur de Lift.
Déclinée autour de 3 dynamiques (les objets et la production industrielle, les organisations sociales et le développement durable), la conférence a fait ressortir plusieurs idées structurantes, grâce aux présentations de près de 30 intervenants.

1. L’ambivalence des technologies

Cette idée, sous-tendue dans le discours de Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du développement de l’Economie Numérique lors de son intervention, a été également portée par Dominique Pestre, historien des sciences et chercheur à l’EHESS, dans sa présentation introductive. Les technologies peuvent être un formidable outil de construction d’un monde durable, mais seulement si elles émanent d’une volonté positive des acteurs (au niveau social, environnemental et entrepreneurial).

2. Le basculement du « do it yourself » au « do it ourselves »

L’implication de plusieurs individus contribue à la propagation de l’innovation et à la production d’effets plus larges, sans pour autant mobiliser des technologies ou des moyens plus sophistiqués. Ainsi, un projet local étendu à une échelle plus grande peut entrainer des évolutions notables, surtout au niveau écologique.
John Thackara, directeur de l’entreprise Doors of Perception, a présenté lors de son intervention un projet brésilien, Monumento, consistant à rénover des immeubles de bureau abandonnés à Sao Paulo pour les redonner à des communautés d’habitants.

3. La démarche d’innovation ouverte passe au-delà des principes de management

Les entreprises commencent à s’ouvrir à cette démarche et à abandonner le recours systématique au contrôle accru, surtout en période de crise. Petit à petit, elles facilitent la création de passerelles entre innovateurs et non innovateurs, entre professionnels et amateurs… Euan Semple, Consultant, spécialiste de l’introduction des logiciels sociaux dans les entreprises, a confirmé lors de son intervention, que les ferments du changement émergent, surtout au niveau des systèmes d’information des entreprises.

4. Les enjeux autour du développement durable imposent de repenser complètement la chaîne de valeur et sa création même.

Gunter Pauli, industriel belge et fondateur de nombreux projets et entreprises dans le domaine du développement durable, a mis au point une méthodologie de « pollution zéro », qui a donné son nom à l’institut de recherche qu’il dirige à présent.
Aujourd’hui, on donne des prix environnementaux aux hommes d’affaires qui disent qu’ils vont polluer un peu moins. Mais il ne faut pas polluer un peu moins : il faut arrêter de poluer.” explique Gunter Pauli.

Un bilan très positif qui incite les organisateurs à se projeter en 2010

Plus de 500 personnes ont assisté à ces 2 jours de rencontres et ont ainsi vécu une expérience inédite. Entrepreneurs, chercheurs, directeurs de département stratégiques (marketing, développement…) ont répondu présents à l’appel de Lift et de la Fing pour cette 1ère édition à Marseille, à l’instar d’Alexis Mons, consultant du Groupe Reflex : « Lift, comme la Fing font partie de ces trop rares organisations aptes à susciter métissages et fusions fertiles des idées de ceux qui les ont. Quand les deux ont annoncé qu’elles feraient cause commune pour un Lift France à Marseille ce week-end, mon sang n’a fait qu’un tour. Et je n’ai pas été déçu, bien au contraire ».
Cette satisfaction ressentie par le public d’avertis confirme l’intérêt d’une conférence atypique en France et valide le besoin d’une approche créative et transformative des technologies, peu présente dans les discours dominants. « Nous avons réussi notre pari de créer cette conférence en quelques mois. Notre partenariat marche ; la diversité et la qualité du public, comme des intervenants le prouvent. Nous sommes donc ravis de le poursuivre en 2010, toujours au Palais du Pharo » soulignent Daniel Kaplan et Laurent Haug.

Vous & la Fing

Participez à nos travaux

Les échanges et productions se déroulent sur le réseau collaboratif de la Fing.

Proposez un projet

Vous avez un projet innovant qui fait le lien entre transition numérique et transition écologique à valoriser ou nous présenter.

Suivez-nous